EDITORIAL

A

l'heure des convergences facilités par les nouvelles technologies de l'information et de la communication notre établissement qui s'est inscrit au cœur de ce mouvement entend avec la parution de ce journal, qui vient compléter un maillon de cette chaîne, se placer au premier rang des institutions scolaires du département, de la région.

La variété et l'importance des thèmes abordés, de même que leur actualité est une preuve tangible de la richesse des échanges qui s'y déroulent.

On sent ainsi que quelque chose est entrain de bouger au CEM Ababacar Sy avec comme plaque tournante le club EVF-Cyber. Alors et alors, en avant pour les futures conquêtes

Le Principal Al Ousseynou Ba
Le Net service à Tivaouane

Avec le centre Cyber du CEM Ababacar Sy vous pouvez maintenant bénéficier de l'outil informatique à votre guise.

Une équipe dynamique, très disponible est à votre service pour :

Tarifs très abordables. Contactez Mr Diongue prof HG - Tel : 955 - 15 - 92 ou 955 - 25 - 08
Amicalement, vôtre!

accueil

 
VIE DU CLUB ET DU CYBER

Historique EVF

Explosion démographique du globe particulièrement celle des pays en voie de développement, la crise économique née de l'inadéquation entre les ressources disponibles et le rythme d'accroissement de la population sont devenues à la fin des années soixante une préoccupation mondiale.

A la faveur de cette préoccupation, l'UNESCO, par sa quinzième session tenue en 1968 et les Nations Unies à travers la conférence internationale sur la population organisée à Bucarest (Roumanie) en 1974 ont adopté un plan d'action sur la population recommandant aux Etats membres d'inclurent les questions de la population dans leur enseignement. Conformément à sa déclaration de politique de population le Sénégal mit sur pied un projet d'éducation de population à la vie familiale et en matière de population (EVF/EMP) dénommé "projet Sen 94 P 04".

Le groupe pour l'étude et l'Enseignement de la population (GEEP), un organisme non gouvernemental créé en Mai 1989 à Dakar et constitué par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, d'enseignants et de professionnels saisit cette opportunité. Il initia en effet sous l'égide du Ministère de l'Education Nationale et grâce à l'appui du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) une nouvelle approche d'intégration de la variable population dans le système éducatif sénégalais.

Pour faire la promotion de l'éducation à la vie familiale, le GEEP procède depuis 1994 à l'installation dans les différents lycées et collèges du pays d'un réseau de clubs EVF qui constituent au sein de ces établissements un espace d'information, d'éducation, de communication, d'organisation et de sensibilisation des jeunes sur les problèmes et phénomènes de population. L'objectif visé est de développer chez les jeunes une nouvelle conscience citoyenne pour une bonne planification de leur vie et gestion de l'environnement.

Il est heureux de constater que certains de ces clubs comme celui du CEM Ababacar Sy en plus du volet santé reproductive, exécute depuis octobre 1995 dans le cadre du partenariat GEEP - Club 2/3 du Canada, un programme d'éducation environnemental qui participe à la préservation du cadre de vie des écoles avec le recyclage des déchets biodégradables et la création d'espaces verts.

Avec l'appui du CRDI à travers le projet "'ACACIA" ces clubs sont aujourd'hui à l'heure des nouvelles technologies de l'information. Ils expérimentent des espaces cyber-jeunes et font bénéficier à leurs PRT et LEA d'une formation en informatique et en Internet. Pour maintenir tous ces acquis et valoriser le capital d'expérience, il revient au GEEP, aux LEA et PRT de multiplier les initiatives en dynamisant l'esprit d'innovation pour d'une part élargir le réseau de partenaires et d'autre part gagner le pari de l'institutionnalisation de l'EVF.

M.E.B.Diouf PRT - Prof H

 

L'école virtuelle

près avoir conduit la révolution industrielle, l'homme au seuil du 21ème siècle avec l'ordinateur provoque des mutations encore plus formidables et inédites. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) par le transport instantané de données immatérielles et les inforoutes inaugure la Net Économie au moment où l'école virtuelle émerge à peine. Aujourd'hui les piliers du monde scolaire, enseignants et enseignés, pour une bonne intégration, une appropriation des outils informatiques doivent relever le défi : celui de l'avènement de nouveaux mécanismes d'acquisition des connaissances et aptitudes. Le centre cyber Absy constitue un des maillons qui dans le cadre de la stratégie "Acacia" initie une approche systémique pour l'intégration des NTIC à l'école.

Depuis son installation il y a presque un an, le centre Absy comme un oasis dans le désert reste encore peu fréquenté et l'outil très peu sollicité. Cela confirme le peu d'intérêt sinon l'analphabétisme fonctionnel et technologique du monde scolaire c'est-à-dire sa méconnaissance des rudiments de base des technologies qui servent comme instrument de travail surtout pédagogique. Exception faite à quelques réalisations ( emploi du temps, cours IC et SN 3ème, sujets de compositions et calculs des moyennes du 1er semestre…), de la formation des LEA et PRT, la visite de quelques internautes, la valorisation est loin d'être faite.

Avec la navigation dans Internet la phase de maturité technologique aurait pu être atteinte par la transformation de l'utilisation des NTIC en éducation grâce à une plate-forme interactive bien adaptée aux besoins éducatifs : messagerie, forum de discussion, Chat, Web…. Une nouvelle pédagogie s'offre ainsi faisant des acteurs de l'école des consommateurs et des diffuseurs d'informations à l'image du journal Cyber@bsy.info (activité de presse). Les inforoutes constituent pour eux des moyens pour disposer de façon autonome des ressources d'Internet. Comme un miroir cognitif elles incitent les élèves à la structuration de leur pensée ( réflexion, recherche, planification du travail…) et poussent les enseignants devenus "facilitateurs" à plus de méthode et d'organisation. Certes la technologie en aucune manière ne remplacera l'enseignant mais elle pourra le compléter, l'alléger et mieux raffermir ses relations avec les élèves. Ainsi les NTIC sont un puissant moyen de coopération, de résolution des problèmes scolaires, d'apprentissage à la cohabitation, de partage des tâches d'investigation parmi des gisements d'information.
Comment restructurer nos organisations scolaires pour tirer parti de ces technologies et comment assurer la formation et le soutien adéquat à tous les pédagogues ? A cette question le centre Absy comme infrastructure est une belle réponse proposée par le GEEP. L'arrivée à pas de géant de l'école virtuelle pose un défi organisationnel et attire l'attention de tous sur l'éducation des générations montantes à la maîtrise des NTIC, la préparation des futures employés de professions encore méconnues ou balbutiantes comme la Netiquette, les Star Up….
Podiong PRT - Prof HG
Miroir
  • Les grands esprits discutent des idées.
  • Les esprits moyens discutent des événements.
  • Les petits esprits discutent des gens.
  • Les tout-petits esprits discutent d'eux-mêmes.
Podiong - Affiche du bureau du proviseur de Mboro

 

Parlons environnement

ous voudrions dans ce journal, ouvrir une page consacrée uniquement à l'environnement. Nous souhaitons la collaboration de tous pour son enrichissement. La lutte contre la dégradation de l'environnement interpelle l'école, pour dire l'enseignant, l'enseigné, l'administrateur. Nous voulons dans ce premier jet poser les jalons qui permettront à tout un chacun de se situer.

Qu'est ce que l'environnement ? Le scientifique dira de manière simple que c'est l 'ensemble des éléments physiques, chimiques et biologiques qui déterminent la vie et les activités humaines. Le sociologue y ajoutera des données socioculturelles. Il faut entendre par données physiques, chimiques et biologiques l'eau, l'air, le sol, les animaux et les végétaux.

Nous entendrons alors par dégradation de l'environnement toute action néfaste sur ces éléments précités Comment cette dégradation se fait-elle ? Peut-on l'éviter ? Quelles sont les conséquences de nos actes ? Possède t-on des solutions ?

Voilà entre autres plusieurs interrogations auxquelles la page tentera de répondre.

Peut- être commencerais-je par les raisons de cette dégradation en évoquant Prométhée, ce grec qui, après avoir découvert le feu disait " : j'ai inventé le feu et en même temps la pollution atmosphérique".

C'est pour dire que c'est dans la satisfaction de ses besoins que l'homme agit de manière néfaste sur l'environnement. Sommes-nous conscients comme Prométhée de l'impact de nos actions sur l'environnement ou pense-t-on que c'est une source qui ne peut souffrir d'aucun mal ?

Au niveau politique le plus élevé les gens se sont réunis et ont parlé des menaces qui pèsent sur l'environnement. D'éminents spécialistes se sont rencontrés et pourtant, le problème reste entier. Ne faudrait-il pas revenir à la base pour que celle -ci prenne en charge le problème. L'école dans ce combat est incontournable. C'est dans ce sens que je comprends l'étude des problèmes d'environnement à l'école mais avec quelles difficultés !

Amadou Sow - PRT - Prof SN
PARTENARIAT

Les expériences d’un stagiaire
québécois

armi vous depuis bientôt 2 mois et demi, je profite de cette occasion pour vous parler de mon expérience comme stagiaire au Club EVF du CEM Ababacar Sy. La réalisation de ce stage est issue d’une collaboration entre le GEEP et le Club 2/3, un organisme de coopération internationale du Québec (Canada).

Mon expérience à vos cotés a été des plus enrichissantes et je ne réalise probablement pas encore totalement toute la chance que j’ai eue. Il faut le dire, pour tout être humain, se retrouver parmi une culture différente de la sienne est bouleversant. Beaucoup de choses, qu’on ne peut comprendre avant de les vivre, nous touchent : le climat, la langue, l'éloignement de la famille, etc… Ces émotions de toutes sortes et les moments un peu plus difficiles m'ont fait grandir. On n’apprend pas et ne grandi pas dans la facilité.

Sachez que me retrouver parmi vous m'a beaucoup ému. J'ai rencontré, et ce quotidiennement, des gens formidables jeunes et moins jeunes. Vous me pardonnerez d'avoir oublié certains noms mais jamais je n'oublierai votre visage et, surtout, votre sourire. Ces sourires, synonymes de joie de vivre, sont l'une des plus grandes richesses que peut avoir un peuple. Cet humanisme je l'ai particulièrement vécu auprès de ma famille sénégalaise qui m'a si bien accueilli et nourri ! Le ceebujën est excellent ! Neex na !!! J'ai même pu le cuisiner et j'en connais maintenant tous les ingrédients. A mon retour, je vais essayer de le cuisiner. Je dis bien essayer, car jamais je ne pourrai cuisiner aussi bien que les Sénégalaises. J'ai aussi pu réaliser à quel point les Sénégalais et Sénégalaises savaient s'amuser, danser et chanter. Malgré plusieurs tentatives, je ne maîtrise pas encore le Mbalax ! Mais une fois au Québec, je vais y mettre encore tous les efforts pour devenir un excellent danseur… Je ne manquerai pas d'occasion de parler de vous qui m'avez tant appris. J'essaierai de présenter le mieux possible ce que vit le Sénégal tous les jours. Trop souvent, les gens ont une perception inexacte des réalités que peut vivre un peuple. Ici, j'ai constaté la richesse d'un pays qui se traduit par la Téranga sénégalaise. Aujourd'hui, je perçois le Sénégal autrement, mais j'ai encore beaucoup à apprendre. J'ai remarqué aussi que beaucoup de sénégalais voient les pays du "Nord" comme un modèle à atteindre. Pourtant, tout n'y est pas rose, il y a des moments de bonheurs mais aussi des difficultés. Je souhaite que vous ayez pu, à travers moi, vivre les réalités de mon pays. Malheureusement, le temps a passé trop vite et la nostalgie m'entoure déjà. Merci à toutes et à tous pour le formidable accueil ! Vous me manquerez.

Christian Laliberté, Stagiaire québécois Club 2/3

 

Souvenirs de LEA

nstauré en 1993 au CEM Ababacar Sy, j'étais en classe de cinquième, le club EVF est né au sein de l'établissement. Choisie par Mme Thiam, Mr Sow et Mr Diouf, je faisais partie des premières LEA du club. En faisant connaissance avec le club, c'est-à-dire découvrant ses buts, objectifs…, j'ai pris goût à ses activités et voilà depuis j'y participe. Après 7 ans d'expérience, j'ai été 3 fois LEA coordonnatrice, comme présentement, et une fois secrétaire administrative.

Grâce au club et aux activités réalisées j'ai pu m'épanouir tout en travaillant. Combien d'activités éducatives et récréatives avons nous organisé ? Aujourd'hui quand je pénètre dans mon ex-collège, le CEM Ababacar Sy, rien que la vue de l'espace vert, des fleurs m'offre une grande satisfaction. Une bouffée de joie m'envahit et je suis heureuse.

Entre autres, c'est dans ce même club que j'ai pu bénéficier d'informations ayant trait à la population, à l'environnement, aux questions touchant la sexualité et en plus nous responsabilisant sur certaines prises de décisions. Le club m'a permis d'avoir assez de bagages pour affronter ma future vie d'adulte. Par le biais des séminaires, stages de formation et festivals, je me suis fait beaucoup d'amis à travers le Sénégal. Je ne saurai assez remercier les PRT qui m'ont choisie comme LEA.

Aida Fall, LEA coordonnatrice LDT

 

Ménage

La vie de couple c'est régler à deux des problèmes que l'on n'aurait pas tout seul.

Bidibap

 

accueil

 
LES LEA VOUS PARLENT

POEMES

Le sida

Oh sida! Toi qui nous fait peur

Epidémie s'attaquant aux hommes.

Maladie contagieuse et mortelle.

Soyons tous unis et combattons le mal.

Toi sida qui ne cesse de détruire la jeunesse espoir de demain.

Nous te défions et pensons venir à bout, te vaincre.

Unissons nous et aidons nos frères et sœurs atteints.

Ayons pitié d'eux. Dieu est le maître du destin.

Il fait tout ce qu'il veut ,il est le responsable de la vie.

Et que tout ce qui fait souffrir ne dure pas.

Babacar Sambe, 5e M1G

Drogue

O drogue !

Toi qui te rebelle contre mon bien -être.

Toi qui dégrade ma santé.

Toi qui tue mon âme.

Sache que je suis jeune, suis l'avenir de mon pays.

Mon peuple a besoin de moi, de ma carrière et de ma force.

Donc je n'ai pas besoin de toi.

Je te fuis comme si tu étais un sorcier.

Car ton existence dans ce monde est mal sain.

Alcool, chanvre, cocaïne, héroïne

Dégagez de mon chemin.

Vous qui êtes les malheurs d'un pays.

Vous qui entravez le développement d'un pays.

Vous ne pouvez qu'être bannis et écartés de notre vie.

Jeunes du pays, chers camarades,

Combattons ce fléau qu'est la drogue.

Nous sommes jeunes, futurs acteurs du développement.

Alors soyons responsables envers nous-mêmes.

Et sachons qu'un esprit n'est sain que dans un corps sain.

Vive la jeunesse ! A bas la drogue !

Adji Bamby Thioune, 3e M1 C

L'environnement

a maison, je refuserai de la salir,

Je l'entretiendrai de jour, de nuit.

Mon école, je ne concourrai qu'à l'embellir.

Qui, ma seconde maison, me dicte ce devoir.

Mon maître, ces leçons, m'avait enseignées.

Mon professeur m'en a rafraîchi l'esprit.

Grand-mère, quotidiennement, m'astreint

Le soir, après dîner, à me faire, à son credo :

"Un environnement sain n'est-il pas le meilleur cadre d'épanouissement d'un corps sain".

A ces hommes et ces femmes qui m'apprirent tôt ce maître mot propreté, je leur serai obligé

Et j'irai à l'usine, j'irai au port, j'irai à mon tour, à l'instar de l'écologiste, écrire, en lettre d'or, au fronton des bureaux : saleté et pollution tuent plus que sida et paludisme.

Je serai comprise et contribuerai à asseoir ce cadre de vie où il fera bon de vivre.

Safiètou Drame, 3e M4B

La prostitution

Considérée comme l'un des plus vieux métiers du monde, la prostitution connaît aujourd'hui une ampleur dont les conséquences sont désastreuses et incommensurables. Le partenariat sexuel multiple entraîne une sévère déconcentration et une dépersonnalisation. En effet les causes principalement liées aux manques de moyen sont doublées d'une réprimande sociale. De graves conséquences dont la stérilité, la propagation des MST et du Sida, le manque de respect sont à noter. A cela s'ajoute la honte dont on se couvre auprès de ses parents, de ses proches et de ses amis. Aujourd'hui, l'Etat doit prendre des mesures plus adéquates pour lutter contre ce phénomène social. Une nouvelle politique contre la délivrance des cartes de prostitution doit être menée. C'est un fléau mondial que tout un chacun doit combattre afin d'éviter des risques graves que l'être humain peut encourir.

Aïda Sall 3ème M4A

EVF: un filon pour les élèves.

'initiative du GEEP de faire du Club EVF un espace de communication, d'éducation, d'information, d'organisation, de responsabilisation et de sensibilisation pour les jeunes est très salutaire. Alors que j'étais encore élève à l'école primaire, j'ai eu mon premier contact avec le Club EVF du CEM Ababacar Sy. Ceci m'a encouragé et dès mon entrée au collège, j'ai eu goût à participer à ses activités. Les rendez-vous ont été nombreux : deuxième festival national (27-29 décembre 1997), formation des formateurs en NTIC (26-3 mars 1999), troisième festival national des clubs EVF (1er au 3 avril 2000). Ainsi je ne peux que remercier le GEEP de cette volonté de faire du Club EVF un îlot dans l'espace scolaire sénégalais. Oui, car avec le programme d'IEC (Information Education Communication) la jeunesse ne peut que tirer beaucoup d'intérêt des clubs EVF. Avec les NTIC nous avons abordé le 3e millénaire sans crainte et mieux LEA et PRT nous sommes devenus membres de la famille des internautes. Le partenariat avec le CRDI, le FNUAP, le CLUB 2/3, le MS/PDIS nous est aujourd'hui très profitable.

Avec le Club EVF nos mercredis et samedis soirs sont comblés avec des programmes comme la santé de la reproduction, la population, l'environnement. Cette facture gratuite est quand même bénéfique pour les initiés. De ce fait nous ne pouvons que servir le GEEP et en gage de soutien faire preuve de dynamisme dans toutes les activités. C'est pourquoi aujourd'hui mon plus grand plaisir est de faire appel à mes camarades élèves pour qu'ils viennent tirer profit de ce don du GEEP. Que vivent les clubs EVF !

Cheikh Ahmed Tidjane Fall, LEA coord. Ab. Sy 3e M4 B

 
 
 

Rions un peu

Dans une école militaire on exige des élèves qu'ils tiennent leurs chambres dans un ordre parfait. Quand l'un des élèves entendit annoncer qu'un général de division allait venir faire une inspection, il fut très inquiet. Une vitre manquait à l'une de ses fenêtres.

Le général vint, s'assura qu'il n'y avait pas le seul grain de poussière, puis il s'arrêta devant la fenêtre sans vitre. Tandis que l'élève s'apprêtait à recevoir une semonce, l'officier dit sèchement : " faites en sorte que les autres vitres soient aussi propres que celle-là."

Mfsnabs
La place et le rôle de la femme dans la société traditionnelle

onsieur Bassirou Diop, enseignant en retraite de son état, a présenté une communication portant sur la place et le rôle de la femme dans la société traditionnelle, en salle VIII, le Samedi 08 avril 2000, en présence de quelques élèves des classes de 4ème et 3ème du CEM Ababacar Sy.

L'ex Surveillant Général a ouvert son discours par une mise en garde contre la présentation trop caricaturale que l'occident fait à dessein de nos réalités en les analysant trop souvent de façon fallacieuse et étriquée pour ne les monter à la face du monde que sous un faux jour. Il y a donc nécessité, souligne Mr Diop, de différencier la façon dont l'occident conçoit nos réalités et la manière dont celles-ci se posent réellement. Ainsi analysant le phénomène de la malnutrition des enfants africains, certains médias européens, se sont empressés, explique Mr Diop, de dire que celui -ci s'explique par l'interdiction formelle faite par les adultes aux enfants d'accéder aux meilleurs délices servies dans le repas, pour en revanche se les réserver exclusivement. Faux, martèle le conférencier. En effet poursuit-il, la réserve imposée aux enfants au moment des repas procède d'un souci éducatif des parents qui veulent annihiler, éconduire et réprimer tout relent d'égoïsme qui caractérise tout enfant à cet âge et de susciter, en lui, le sens du partage, de la communion de la mesure et de la retenue. Une telle analyse est d'une absurdité inouïe car la décence, l'éthique et l'amour filial, explique le doyen, concevraient mal une telle pratique quand on sait surtout, ajoute-t-il, la fragilité de la complexion de l'enfant à pareil âge.

Par ailleurs, l'aliénation culturelle, savamment entretenue par l'occident a fini, subrepticement par susciter en nous, une certaine méfiance voire une phobie par rapport à nos langues et tenues vestimentaires au point que les élèves soient plus sensibles à l'éloquence d'un orateur en langue française qu'ils ne le seraient dans une de nos langues nationales.

Abordant le thème en question, Mr Diop a fait remarquer que la place et le rôle de la femme africaine dans la société traditionnelle ont été, dans la même veine, mal pensés et mal présentés par les occidentaux dont la seule préoccupation est de pérenniser leur impérialisme culturel et d'éterniser leur domination qui n'a que trop duré. Ainsi, à leurs yeux, la femme africaine apparaît comme une bête de somme, ne vivant que pour effectuer un travail de bagnard et n'ayant guère voix au chapitre. Pour eux, précise le doyen, la femme africaine traditionnelle n'est rien de moins qu'une esclave, soumise au dispositif marital et privée de tout droit. Le travail de la femme en Afrique, explique Mr Diop, n'est pas ce qu'en pensent les Européens c'est-à-dire un servage mais, un travail spontanément accepté, librement consenti. Mieux, la condition féminine, en Afrique traditionnelle, poursuit-il, n'est pas non plus dégradante car la société a toujours placé la femme sur un piédestal. D'ailleurs la succession au trône dans les royaumes pré coloniaux se faisait en fonction de la lignée matrilinéaire. Ainsi, enrichit-il, ce n'est pas un hasard si dans certains noms africains, on retrouve le prénom de la mère : Lat Dior Ngoné Latyr ( Lat Dior de sa mère Ngoné) ou Mamadou Bineta Sarr (Mamadou de sa mère Bineta)… cela démontre à suffisance s'il en était encore besoin, la marque de considération qui a toujours été attribuée à la femme.

En outre le conférencier a rappelé et défini le rôle de la femme qui, au-delà des tâches ménagères, est appelée à concevoir et éduquer des enfants dont les premières humanités sont incontestablement soumises à la gouvernance et à la prévenance maternelles. C'est d'ailleurs sous ce rapport, souligne Mr Diop, qu'il faut entendre, envisager et admettre la notion d'égalité des genres. Egalité qui, ne saurait être mathématique mais fonctionnelle. Aussi, le stade ontogénique le plus important chez l'homme est sa prime enfance au cours de laquelle le caractère de l'individu est forgé, modelé, inventé par la mère - encore elle - qui a le privilège du contact psycho - affectif premier avec l'enfant. Ainsi, explique le doyen, la chaleur communicative au moment de l'allaitement, l'affection et la tendresse dont l'enfant jouit de sa mère sont gage d'un caractère fort qui ne peut que déboucher sur le "Joom". Mais si à la place de la douceur et de la tendresse maternelles, l'enfant ne reçoit que des brimades, des humiliations et vexation, il n'est fort probable qu'il deviendra un défaitiste, un foireux toujours moins sûr de sa personne et exposé à l'insuccès.

Paraphrasant un auteur français, Mr Diop dira, à ce chapitre, que le cœur d'un est comme un vase profond si bien que s'il reçoit une eau impure, aucun océan ne pourra le débarrasser de la souillure car l'abîme est profond et la tâche est au fond. Tout cela, ajoute-t-il atteste de l'importance du rôle de la femme dans le devenir de l'être humain. Une telle théorie, poursuit-il, trouve son illustration la plus parfaite dans le domaine sportif où les athlètes noirs ne cessent de ravir les palmes au détriment de leurs challengers blancs. En effet soutient le conférencier, s'il en est ainsi, c'est parce que l'allaitement au sein que nous privilégions dans nos pays est de beaucoup meilleur en ce qu'il permet le développement de la chaleur communicative entre l'enfant et sa mère qui procure toujours le "Joom", gage du succès. L'occidental, lui, à la place du sein choisit le biberon. C'est donc, conclut-il, la manifestation du triomphe de "la civilisation du sein" sur celle du biberon".

Répondant à la question de savoir ce qu'il entendait par l'émancipation de la femme dont on parle tant en Afrique, Mr Diop a dit son désaccord sur le concept d'émancipation de la femme qui pour lui, suppose un embrigadement, un supplice ou une captivité dont la femme n'a jamais été, en tout cas en Afrique traditionnelle, victime. Interpellé sur la scolarisation des filles, Mr Diop a exprimé la nécessité de celle-ci parce qu'elle permettra, à la future femme d'acquérir, par le canal de l'école, un tant soit peu de connaissances qui seront mises à contribution ultérieurement pour assumer et mieux assumer son rôle de mère et d'éducatrice.

Le conférencier, ayant été invité à donner ses sentiments sur les mariages forcés, a fait remarquer à ce sujet que ceux-ci avaient plus de longévité que sur ceux dits aujourd'hui, mutuellement consentis. Les raisons sont à rechercher dans l'environnement immédiat de ces ménages qui évoluaient dans l'ambiance des grandes concessions où les conseils des parents, les soutiens fusaient tous azimuts. Ainsi, la femme n'avait pas encore été comme elle est aujourd'hui : banalisée, démystifiée. De plus l'adolescente d'alors - qui est aujourd'hui rare - ne pensait jamais faire quasimodo avant pâques ! Ce qui de nos jours est monnaie courante auprès des jeunes. En revanche, les couples modernes, plus portés à l'isolement s'exposent mieux au divorce.

Enfin Mr Christian Laliberté, stagiaire canadien, intrigué par la sexualisation des tâches en Afrique a demandé que sa lanterne soit éclaircie sur les fondements de la répartition des occupations en fonction des genres. A ce sujet, le Surveillant Diop lui a signifié que les raisons ne sont autres que traditionnelles. C'est ce qui fait qu'untel homme se gênerait à se voir cuisiner ou linger par exemple.

Synthèse de Mr Idrissa Layane Prof de Français

 

accueil

 
CONTRIBUTION

Des élèves discutent de l'importance respective de la littérature et des sciences

Yaya : Bonjour Demba, comment vas-tu?

Demba : Ça ne va pas si mal… Et toi ?

Yaya : Moi, j'ai des frayeurs depuis quelques jours. Tu sais les compositions, c'est pour bientôt et la hantise d'une mauvaise note en mathématiques trouble mes nuits. Je n'ai jamais aimé ces chiffres et ces signes par trop mystérieux.

Demba : Tu as tort, cher ami, les maths c'est la vie. Moi je m'y sens à l'aise. C'est la littérature par contre qui m'épouvante avec ses éternelles spéculations. Rien ne me semble plus vain.

Yaya : Ah ! Là, mon cher ami, je ne suis pas d'accord avec toi. Sans la littérature le monde serait insipide. Et puis les maths, au fond, sont aussi une manière de littérature, une autre façon d'interpréter et de traduire le réel. Le mathématicien s'intéresse au comment des choses tandis que le littéraire se préoccupe d'expliquer le pourquoi des choses.

Demba : Mais l'ennui c'est que le littéraire n'y est jamais parvenu. Ne dites-vous pas en philosophie, qu'il n'y a pas d'absolu et que tout est relatif ?

Yaya : Cela englobe aussi la mathématique car ses certitudes d'aujourd'hui peuvent êtres des doutes de demain. Le réel n'a pas encore livré tous ses secrets.

Demba : La science seule, cependant, permet aux hommes de faire des progrès dans tous les domaines.

Yaya : C'est sans doute vrai, mais n'est-il pas tout aussi déterminant de savoir vers où nous mène ce progrès. A quoi serviraient toutes les richesses du monde si l'homme ne développe pas parallèlement sa sensibilité et sa faculté de respecter et de donner leur vraie valeur à ces richesses là ? Les machines, les techniques les plus perfectionnées deviennent dangereuses si elles ne sont pas mises au service de l'humain que seule la littérature sait illustrer à merveille.

Demba : Je te propose de recueillir l'avis sur cette question de monsieur Maécor professeur de mathématiques.

Yaya : Allons le voir.

Quelques minutes plus tard.

Monsieur Maécor : Je vous ai bien entendu tous les deux et je dois tout de suite vous dire que je ne partage l'opinion ni de l'un ni de l'autre. Je suis sans doute professeur de maths mais je dois à la vérité de dire que la plus grave erreur qu'un enseignant puisse faire c'est de croire qu'il existe une concurrence quelconque entre les matières littéraires et celles dites scientifiques. Il s'agit plutôt de deux domaines complémentaires. On ne peut jamais être un bon mathématicien si l'on ne possède avant tout un langage. Autrement, on n'est qu'un bon calculateur. A l'inverse un bon littéraire se doit de développer un esprit de méthode et de rigueur. Nul autre domaine que la mathématique n'offre cette opportunité. Et puis enfin, il s'agit d'avoir pour projet l'Homme, je veux dire tout l'Homme. " Science sans conscience n'est ruine de l'âme".

Mr Baro Cissé, prof HG


LA DISCIPLINE

La discipline est la base de toute éducation. Elle en est le fondement car, on ne peut rien faire de positif sans elle. Lorsqu'elle est absente, s'installent le bruit, le chahut, le désordre, voire l'anarchie dans laquelle va régner une certaine atmosphère viciée qui va empêcher à l'enseignant de dispenser correctement son cours. Comme disait l'autre "travail + discipline = réussite". C'est dans la discipline où se côtoient le respect, la correction, la justice, l'équité et la droiture. Si on arrive à apprendre à notre peuple, surtout à notre jeunesse à être disciplinée, notre pays y gagnerait beaucoup. Observons par exemple ce qui se passe actuellement devant les guichets des stades, dans les gares routières…etc, on assiste très souvent à des spectacles désolants qui pouvaient être évités si à la base cette notion de discipline avait été inculquée aux jeunes.

La discipline est le ciment qui scelle la réussite et le développement d'un pays.

Cheikh Seck Surveillant Général Ab. Sy
 


Le Web choisi

D’OÙ VIENT LE SIDA ?

Les recherches entreprises pour découvrir les origines du sida ont créé une épidémie de blâme dans tous les pays : les Américains ont blâmé les hommes homosexuels et les Haïtiens, les Européens ont blâmé les Africains, les Africains ont blâmé les Européens, les Asiatiques ont blâmé les marins américains, etc. Les scientifiques ont consacré beaucoup d’efforts afin de découvrir quand et où le premier cas de sida s’est produit. Bien que personne ne sache encore d’où vient le VIH, les théories à ce sujet abondent.

En ce qui regarde les origines temporelles du VIH, des données semblent indiquer que le VIH-1 et le VIH-2 circulaient tous deux au sein de la population humaine au moins quelques décennies (dès les années 50) avant que les premiers cas de sida aient été signalés. L’examen des dossiers médicaux et l’analyse rétrospective des échantillons de sérum et de tissus mettent au jour des renseignements qui tendent à confirmer l’existence du VIH vers 1950, mais les traces s’estompent à partir de cette date. Cela peut tout simplement être attribuable aux faiblesses des méthodes d’analyse, et les résultats pourraient être revus à mesure que s’améliorent les techniques de recherche.

En ce qui a trait aux origines géographiques de la maladie, trois régions ont été retenues. L’une des premières hypothèses accordait un rôle central à Haïti : on considère aujourd’hui cette hypothèse comme difficile à défendre. Les régions d’origine plus plausibles se trouvent en Afrique. Actuellement, l’Afrique de l’ouest représente le foyer du VIH-2 le plus probable. Ce virus a vraisemblablement pénétré la population humaine sous une forme modifiée d’un virus apparenté d’immunodéficience du singe mangabey à collier blanc.

Dans le cas du VIH-1, l’Afrique centrale est le foyer le plus probable, bien que les preuves en faveur de l’origine simienne du VIH-1 soient plus circonstancielles. Si on confirme un jour une telle origine, on pense aujourd’hui que l’ancêtre le plus probable du virus serait un virus d’immunodéficience simienne du chimpanzé.

Document tiré de la navigation Internet pour Mlle Khady Diagne Sy élève LDT - Recherche exposé.

accueil

 
REGLEMENT INTERIEUR DU CEM ABABACAR SY

Article 1: Il faut, à toute école, un règlement intérieur pour assurer l'ordre, la régularité, le progrès et surtout veiller à la moralité des élèves.

Article 2: Ce présent règlement intérieur, résultante des suggestions du personnel administratif, et du corps professoral, se propose de définir les conditions de travail des élèves ainsi que leurs rapports avec les personnels administratif et enseignant de l'établissement.

Article 3: Le fait pour un élève d'entrer dans l'établissement implique son engagement, sous peine de sanctions, de se conformer aux règles de discipline générale, de respecter tous les professeurs et d'obéir à leurs instructions

DISCIPLINE GENERALE

Article 4: L'élève doit se montrer poli et respectueux à l' 'égard du principal, des surveillants et des professeurs. Ceux-ci ont tous le même pouvoir disciplinaire à son endroit.

Article 5: Les manifestations individuelles et /ou collectives telles que :

Article 6: Le silence absolu est exigé dès l'entrée en classe. Et, il n'est toléré aucun regroupement, aucun attroupement dans les couloirs ou sous les vérandas dès après la sonnerie.

Article 7: Les élèves doivent se trouver en classe dès que la sirène retentit et même avant l'arrivée du professeur. Le responsable de classe veillera à la discipline et fera respecter le silence : il répondra de tout manquement en l'espèce devant l'autorité.

Article 8: En charge de sa classe, le responsable pourra se faire aider, en cas de nécessité, par le Surveillant titulaire de la classe.

TRAVAIL

Article 9: L'introduction dans le collège de livres non scolaires, de magazines, de journaux, de tracts, est formellement interdite.

Article 10: La fraude en composition est passible d'exclusion. Pendant les devoirs, les surveillants sont d'une autorité souveraine; ils ont mandat d'infliger un zéro à tout élève pris en flagrant délit de copiage ou de fraude.

Article 11: Le vol d'objets au détriment du collège, de son personnel ou des autres élèves sera puni de l'exclusion temporaire, pouvant aller jusqu'à l'exclusion définitive. Par ailleurs le coupable sera tenu de rembourser intégralement le préjudice causé.

Article 12: Les disputes et batailles sont absolument interdites. De tels agissements seront sanctionnés d'une exclusion temporaire.

TENUE, PROPRETE, COMPORTEMENT

Article 13: Tout élève doit avoir une tenue décente et faire preuve de la plus grande correction tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du collège.

Article 14: Toute grossièreté, injure est prohibée. Tout jeu violent, dangereux est interdit.

Article 15: Il est formellement interdit de jeter des papiers à terre, d'endommager le matériel scolaire, de barbouiller les tables bancs, les murs, les portes.

Article 16: Tout attroupement, sauf sur convocation de l'autorité scolaire, devant la sale des professeurs et devant la surveillance est interdit.

Article17: Tout vagabondage dans la cour, pendant les heures de cours est strictement interdit.

Article 18: Fumer à l'intérieur ou aux abords immédiats du collège est strictement interdit.

Article 19: Il est formellement interdit de se soulager en plein air.

Article 20: Les classes seront balayées quotidiennement par des élèves désignées à l'avance, conformément au planning mis au point par la surveillance. Tout refus d'obtempérer à ce planning sera sévèrement sanctionné.

ARTicle 21: Chaque fois que nécessaire, les élèves seront conviés à des opérations "Augias" ou "Set-Settal".

Article 22: La classe commence le matin à08 heures et se termine à 12 heures. Le soir, elle commence à 15 heures et se termine à 19 heures: deux récréations de 15mn chacune, sont accordées, l'une le matin de 9h 55mn à 10h 1, l'autre, le soir de 16h 55mn à 17h 10mn.

RETARDS ET ABSENCES

Article 23: l'élève peut entrer directement en classe ( sauf absence au cours précédent )

Passé ces délais, la grille d'entrée sera refermée.

Aucun retard ne sera toléré, s'il dépasse 10mn.

Article 24: Les billets de retard sont délivrés au bureau des surveillants généraux:

Aucun billet de retard ne sera délivré à partir de 10H 00mn ou de 17H 00mn, sauf cas exceptionnels: consultations médicales.

Article 25: Tout élève qui s'est absenté devra apporter une note du père ou du tuteur indiquant la raison de son absence auprès des surveillants généraux.

L'élève ne pourra reprendre les cours que s'il est muni d'un billet d'entrée.

Article 26: pour toute absence de:

Article 27: Les absences sont comptabilisées: Article 28: SANCTIONS: Toute violation des dispositions du présent règlement intérieur entraîne des sanctions. Elles sont constituées de: Tout élève exclu par le professeur sera accompagné par le responsable de classe à la surveillance.

Article 29: LE RESPONSABLE DE CLASSE

Dans chaque classe de l'école, un élève est élu responsable de classe par ses camarades, pour la durée de l'année scolaire.

Le responsable de classe doit pourvoir à la préparation matérielle de chaque cours ( tableau, seau, craie et matériel didactique approprié ).
Article 30: PASSAGE, REDOUBLEMENT, EXCLUSION

Un conseil de fin d'année se réunira pour examiner les résultats scolaires annuels et statuer sur le passage, le redoublement ou l'exclusion des élèves.
 

CONCLUSION

Quand l'ordre règne, quand le règlement est observé, le travail devient facile et fructueux et les progrès sont rapides.

L'intérêt général commande donc pour chacun, une observation intégral de ce règlement.
 


accueil

 
MELI-MELO: DETENTE ET LOISIRS

Mots croisés proposés par Mr Sow
 
 

Horizontal
A
Entre l'enfant et l'adulte.
B
Morne.
C
Bureau des sages-femmes.
D
Ouvrir en Anglais;
E
Programmés.
F
Récipient - Saison.
G
Haut-Commissariat - Espace de jeunes.
H
On y pose les marchandises - 4e mois.
I
Parcourut à nouveau - Presque brisé.
J
On y attache les chevaux - Pour lui.
Vertical
1
Elle nous entoure.
2
Daara sans queue -Unité en informatique.
3
Etoc mélangé - Galas sans tête ni queue.
4
Sert à unir - Comme EVF.
5
Etre sans fin - Soigne la folie - Lettres de télé.
6
Soleil en anglais - Mot d'enfant.
7
Puni par la loi - Regroupe les LEA.
8
Termine des verbes conjugués - Glaces.
9
Venue au monde - note de musique – Gorée - En est une.
10
Excréments.

 


 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
A . . . . . . . . . .
B . . . . . . . . . .
C . . . . . . . . . .
D . . . . . . . . . .
E . . . . . . . . . .
F . . . . . . . . .
G . . . . . . . . .
H . . . . . . . . . .
I . . . . . . . . . .
J . . . . . . . . . .



 

xaxatay show

Qui écoute entend!

A cheval.

Un grand joueur de PMU arrive chez lui pensif. Sa femme l'interpelle en lui tendant un papier:

Deux jours plus tard la femme trouve encore son mari au salon entrain de lire son journal . Ah ! Le PMU et ce que ça cache ?
Aam
Cuisine de fin d'année.

Pour bien manger du BFEM il faut:

Et le tout bien rédigé avec un stylo

aromatisé au souffle du grand

Manitou… Podiong


Word 97 Trucs et astuces

Votre tableau déborde!

Dans zone "Retrait à gauche" tapez la valeur 0.15 puis validez votre choix.

Le tableau se décale vers la droite.

Dans la boîte de dialogue "taille des cellules", placez-vous sur l'onglet "colonne".

Réduisez la taille de cette colonne à 0.30. retournez dans votre document, l'alignement du tableau devrait désormais être parfait.

Ouzin
Ce journal 1er du genre a été entièrement conçu et réalisé par le club EVF Ab. Sy Tiv.

Critiques et suggestions attendues.

Toto tape Paté!

 
 
 

LU XEW TEY?

Senegalese way of life.

Un sénégalais bon teint, Massal Seck, des HLM-COTT,avec ses paquets de thé "Express" arrivant aux USA eut la chance de visiter un Etat historique du Nord-Est où débarquèrent les premiers immigrants en 1620.

Il demanda à un passant: Dans quel Etat sommes-nous?

Le MASSACHUSETTS Monsieur, répondit le passant!

Il bomba alors sa poitrine et dans un air digne d'un descendant de Chef de Canton (du Cayor) il rétorqua:

Bof! Ici je suis à bon port car c'est le fief de mon Aïeul MOUSSA SY SECK. You know, man?

Podiong
GRATTER LA MATIERE GRISE

Calcul magique.

Ce jeu vous permettra de mystifier votre camarade.

Proposer lui de penser à trois chiffres différents et inférieurs à 10 , puis , demander lui de faire les calculs suivants:

  1. Multiplier le premier chiffre choisi par 2 et ajouter 5.
  2. Multiplier ce résultat par 5.
  3. Ajouter le deuxième chiffre choisi et multiplier ce résultat par 10.
  4. Ajouter le troisième chiffre et donner le résultat.
Mentalement soustrayez 250 du résultat et vous obtenez dans l'ordre les chiffres pensés par votre camarade.

Solution prochain numéro

Manu


Débandade!

Une poule qui picorait dans la cour entend qu'elle sera servie au dîner du soir. Elle se sauve rapidement dans le bled. Quelques instants après un zèbre, à la peau rayée, passe devant elle à la vitesse de l'éclair.

Elle s'écrie alors "Mon Dieu, un évadé".

De l'autre côté un maïs demande à l'herbe "as-tu vu mon amie?"Si, elle vient de se faire embarquer par les poules.

Sassoum

BAYE GANAR : Cocorico

Un coq, crête rouge, 6kg environ allait courtiser à 2 pattées de maisons de chez son propriétaire. Tard dans le soir le Monsieur ne l'a pas vu . Il se décida à aller le prendre.

Zaïnab Taha

accueil